La Vénerie : un nom, deux lieux

Les centres culturels en Fédération Wallonie-Bruxelles sont les héritiers d’un vaste mouvement culturel né dans les années 70 et, parmi eux, La Vénerie est un de leurs aînés.

Elle est née en 1971 de la conjugaison de plusieurs associations boitsfortoises impliquées dans la vie culturelle qui, très tôt, ont organisé la première Fête des Fleurs. Fête biannuelle populaire, associative, porteuse de thématiques sociétales, impliquée dans la transition écologique proposant un panel interdisciplinaire de spectacles professionnels et amateurs des arts de la rue.

Structurée en asbl, La Vénerie est cogérée de façon pluraliste par les représentants des pouvoirs publics et les forces vives du secteur associatif local.

De par sa proximité, elle est un des premiers lieux de rencontre entre la culture et les citoyens.

Ses principales missions sont de rendre accessibles au plus grand nombre les productions artistiques et culturelles (en veillant à ne pas créer d’exclusions économiques) et à susciter la participation des populations à la culture au travers de pratiques collectives d’expression, de création et de transformation sociale.

Le développement culturel ainsi promu est entendu comme le développement de l’effectivité des droits culturels des populations, dans une perspective d’égalité et d’émancipation.

Nos activités sont réparties sur deux lieux : les Ecuries accueillent les ateliers créatifs et artistiques, les activités des associations membres et non-membres ainsi que des conférences et des spectacles plus intimistes. L’Espace Delvaux avec sa salle de 259 places, accueille les spectacles vivants, le cinéma et nombre d’autres activités promues par La Vénerie ou en collaboration avec des associations citoyennes engagées dans la vie socioculturelle.