Spectacles

Musique - Théâtre - Danse
Réserver

Spectacles 

Monteverdi ou les grossièretés de la musique moderne

Concert - Commenté.

"Echos : Musique & Pensées" , un cycle de concerts commentés, vous est proposé pour la quatrième année par La Vènerie et ses partenaires. Chaque événement de la saison confronte la musique pensée par les compositeurs avec la pensée d’écrivains ou de philosophes sur la musique. Ces rencontres nous aident à mieux comprendre et à mieux apprécier la création musicale et les idées auxquelles celle-ci est adossée.

Cette fois encore, la nouvelle saison 2018-19 d’Echos 2018-19 nous fera voyager à travers l’espace, le temps et le champ des idées. Elle nous fera en effet découvrir, à travers la musique, la querelle d’anciens et de modernes allumée par Monteverdi, la Chine des missionnaires, la sublime poésie de Friedrich Schiller, le retour de l’art oratoire des anciens ainsi que la révolution initiée par Martin Luther. 

Monteverdi ou les grossièretés de la musique moderne

Au cours de la Renaissance, l’art du madrigal atteint des sommets inouïs de raffinement et de subtilité. Claudio Monteverdi (1567 – 1643) porte à des sommets cet art, déjà brillamment illustré par Adrien Willaert (1490 – 1562) ou Cyprien De Rore (1516 – 1565). C’est ce que démontrent les 4 premiers de ses 8 livres de madrigaux. Mais voici que certaines pièces de son 5e livre sont violemment prises à partie par le compositeur et théoricien Giovanni Artusi (1540 – 1613). Celui-ci n’a pas de mots assez durs pour qualifier “les grossièretés et les licences de la musique moderne” ! La controverse de Monteverdi et d’Artusi oppose deux conceptions fondamentalement différentes, quoique toutes deux légitimes, de la nature et de la fonction de la musique. Elle se situe aussi à un carrefour : celui de la musique baroque émergente, vers laquelle évoluera irréversiblement Monteverdi, et du madrigal polyphonique “moderne" où s’isolera brillamment et tragiquement le prince Carlo Gesualdo (1566 – 1613).


Programme : airs & madrigaux de Monteverdi et de Gesualdo

________________

Musiciens : 

Rita Matos Alves – Soprano (et direction)

Isabelle Everarts - Mezzo-Soprano

Guillaume Houcke - Contre-ténor

Stanny Leroy - Ténor

Matthew Zadow - Baryton

Jean-Luc Impe - Théorbe

_________________

Commentaire :

Rodolphe de Borchgrave

_________________

En partenariat avec La Vénerie - Rodolphe de Borchgrave - Académie de Musique et des Arts de la Scène de Watermael-Boitsfort


 
  • mardi 23 octobre - 20H30